L’intolérance aux sulfites

Depuis fort longtemps, un jour de fête était synonyme de mouchoirs. Pourquoi avoir le nez bouché, les yeux rouges à chaque réveillon, mariage?

J’en ai parlé à mon médecin de l’époque lui disant qu’il me semblait que toute coupe de champagne provoquait un rhume. Il m’a alors ri au nez me disant d’arrêter de boire! Je ne suis pas une grande consommatrice d’alcool, mais voilà que cela devenait fort pénible.

Au fil du temps, j’ai découvert que j’étais victime d’une polypose naso-sinusienne ou polypose nasale agrémentée d’une triade de Widal : allergie à l’aspirine, asthme et intolérance aux sulfites! Mais où se cachent donc ces satanés sulfites?

Les sulfites sont des conservateurs. Sur les emballages, on peut les repérer : ce sont les substances allant du E220 au E228. Il y en a bien sûr dans le vin, mais aussi dans les abricots secs, les crevettes, la moutarde…..et aussi parfois dans les médicaments.

Abricot sec non traité aux sulfites

Abricot sec traité avec des sulfites

Depuis, je traque ces conservateurs, mais une soirée peut encore être dégradée par des écoulements intempestifs! Les bières passent assez bien, mais attention aux brunes qui peuvent contenir du caramel industriel fait à base de sulfites. La solution, cuisiner maison avec le moins possible de produits transformés! Mais même là, il faut être prudent car des leetchis frais peuvent avoir été traités par des sulfites lors de leur voyage.

Les sulfites sont aussi un agent de blanchiment. Ainsi tous les légumes qui peuvent s’oxyder ont pu être traités par fumigation par des sulfites.

Les crevettes et autre crustacés sont aussi traités par ces produits pour éviter tout brunissement.

Les sulfites sont aussi des stabilisateurs de produits fermentés : pain, choucroute, bière, thé…

Alors, je vais essayer de me faire une liste de ce que je peux manger sans crainte, un cahier des repas…je vous tiens au courant et dites moi comment vous gérer cela!